Après les villes, Airbnb mise sur les villages

Tandis que les grandes villes tentent d’encadrer Airbnb, l’Association des maires ruraux s’est associée à la plateforme pour promouvoir le tourisme rural.

Airbnb part en campagne. La plateforme de location touristique a annoncé ce lundi 18 février avoir conclu un partenariat avec l’Association des maires ruraux de France (AMRF) pour « développer le tourisme rural ». Airbnb va notamment « mettre en avant les destinations rurales au travers de campagnes de promotion ».

Un partenariat qui peut surprendre, tant nombre de villes tentent d’encadrer les locations sur la plateforme plutôt que de les développer. Demande d’autorisation préalable en mairie, limitation du nombre de nuitées par an…, les villes, Paris en tête, veulent limiter le phénomène Airbnb qui concurrence les hôtels et qui, en bloquant des appartements pour la location touristique, contribue à chasser les habitants hors du centre, voire de la ville tout court. La capitale, en guerre ouverte avec la plateforme, lui réclame 12,62 millions d’euros pour des annonces illégales.

Si les communes rurales n’ont pas besoin d’encadrer Airbnb, elles comptent tout de même récolter la taxe de séjour que la plateforme doit, c’est la loi, collecter auprès des propriétaires et reverser aux municipalités. « La taxe de séjour ne va pas compenser la baisse des dotations de l’État, mais on ne va pas s’asseoir dessus pour autant », indique Cédric Szabo. « C’est notre principal point de vigilance, parce que c’est assez opaque », souligne la mairie de Morzine.

Au-delà de la promotion du tourisme rural, le partenariat avec Airbnb doit permettre à l’AMRF de produire des données statistiques et pouvoir montrer « une prise de conscience du potentiel économique du monde rural ». La bienveillance des maires ruraux avec les plateformes de location touristique « ne veut pas dire que demain on ne devra pas être aussi vigilants que les villes sur la manière dont les utilisateurs peuvent dévoyer le système, nuance Cédric Szabo. Mais l’élu local doit vivre avec son temps. »


Leave a Comment